Information contact

Contactez nous, à l'aide du lien "contact" pour nous signaler toute amélioration ou erreur. Ce lien vous permettra de vous adresser, au choix, aux membres du bureau, dans leurs responsabilités définies ainsi qu'au responsable du site (webmaster, pour les améliorations du site souhaitées).

Il vous sera répondu au plus vite !

          

   L'aide aux familles, sous forme de micro crédits.

Dès notre arrivée à Toma le 19 janvier 2016, nous avons pris contact avec nos deux salariées : Lucie  et Cétlestine .

Lucie était à Ouagadougou suite aux événements du 15 janvier à Ouaga, elle avait perdu un proche,  et ne revenait que le dimanche.

Avec Célestine nous avons repris la route dès le 21 janvier. Joseph notre chauffeur, comme l'an dernier nous accompagnait, mais à la différence de l'année passée , il n'est pas intervenu dans les discussions.

Le programme était très différent de l'an dernier, nous avions moins de personnes à voir.

Célestine et Lucie avait listé les personnes à rencontrer  le travail était préparé et donc plus simple.

Lucie celestine 2016

La mission  consistait à examiner sur place les dossiers de reliquataires anciens, en rencontrant les intéressés, afin de tenter de les solder.

Au fil des ans on s'organise...

En plus, sachant que nous arrivions en janvier, beaucoup de personnes s'étaient déplacées et avaient réglé des mensualités ou la totalité de leur prêts.

Cette année nous avons également donné des rendez vous à l'endroit où nous sommes hébergés ou à la maison du Paysan où nous avions initié une réunion .

A ce jour, l’association a octroyée 1 450 crédits. La somme actuellement prêtée est de 14 millions de F CFA, soit 22 000 euros environ.

famille beneficiaire

Dès le retour de Lucie nous avons fait une réunion de travail pour planifier

  •  le travail à Toma et ensuite la retranscription à Auch

En fait sur place les dames ont des cahiers à tenir et à mettre à jour, chaque trimestre elles nous envoient ces feuilles et nous faisons la mise à jour sur l'ordinateur . Ainsi les unes et les autres nous savons toujours où nous en sommes.

Cela nous permet de contrôler les remboursements et le travail fait sur place. Je  rappelle que Lucie et Célestine sont salariées de l'association.

En fait cette année nous avons eu beaucoup moins à nous déplacer.

Mais nous avons  rencontré les personnes qui venaient de faire des prêts  ou les avaient effectué dans l'année et qui n'avaient pas encore effectué de remboursements.

Pour les nouveaux dossiers, nous avons alerté les bénéficiaires afin de ne pas créer trop d’arriérés d’impayés.

Cette mission a permis aussi d’avoir un entretien avec Lucie et Célestine et de définir quelques priorités :

Nous les avons rencontré, nous avons discuté avec elles, et il semble que les prêts pour les nouveaux se remboursent plus facilement.

Chantal et CelestineLe fait que nous accompagnions Célestine et Lucie lors de notre venue à Toma  les aide à effectuer leur travail sur place.

Les personnes se rendent compte que ce n'est pas de leur propre chef qu'elles accordent  ou refusent  un prêt mais qu'il y a une organisation derrière, que nous sommes là pour aider, écouter mais nous ne sommes pas là comme œuvre humanitaire qui donne mais n'attend rien.

Si nous prêtons de l'argent pour que les femmes développent des activités sur Toma, le but est le développement de l'activité mais aussi le remboursement pour pouvoir prêter à d'autres, ou leur reprêter à elles.

L’engagement pris par le bénéficiaire est de rembourser sa dette ; le micro-crédit n’est pas un don.

La clôture d’un prêt pour un bénéficiaire permet à un autre d’en bénéficier, favorisant ainsi le développement en « grappes ». A ce sujet, lors des visites au marché de Toma, tous les anciens membres de l’association ont constaté l’évolution des métiers et la diversité des productions : produits d’origine agricole (tomates, salades, oignons, carottes, mil, épices,…), textile (écharpes, draps, pagnes,…), artisanaux (bijoux,…).

En fait c'est ce que nous expliquons quand nous rencontrons  les futurs demandeurs de crédits.

maraichage

Lucie et Célestine travaillent également avec des groupements de femmes : qu'est ce ?

Une femme regroupe d'autres femmes et se porte garante pour le groupe

Cela ne donne  pour Lucie et Célestine, qu'une seule interlocutrice et cela aussi simplifie leur travail.

Célestine d'ailleurs cette année s'est acheté une « moto » ce qui est plus commode et plus pratique que le vélo pour aller dans les villages.

Cette année le bilan est positif

  1. Nous avons eu l'impression de bien moins courir après les gens et d'être obligé de réexpliquer le travail de Célestine et de Lucie
  2. L'an dernier pour « faire peur » et pour tenir ce qui avait été dit l'année précédente nous avions déposé une liste de « non remboursements » à la gendarmerie, cette année nous n'avons pas eu besoin de le faire.
  3. Il est à noter quand même que pour la liste de personnes déposée auprès de la gendarmerie un certain nombre de bénéficiaires de crédits avaient réglé la totalité avant notre arrivée.
  4. L'organisation sur place prend forme et les deux salariées travaillent en équipe et régulièrement auprès des personnes.

On s'interroge sur l'opportunité de trouver un local pour qu'elles puissent en toute discrétion et sécurité, recevoir les demandeurs et percevoir les sommes remboursées . A ce jour, elle reçoivent en plein air dans un espace nommé la « maison du paysan »

Nous allons lancé à ce sujet un appel à don  et demande de subvention pour mener ce projet.

Chantal et J.Claude

Association Loi du 1er Juillet 1901.    Récipissé,n° 402
   Déclaration de création au JO du 5 Août 2006

ONG au Burkina Faso:  BP 110 TOMA  Province du Nayala

Siège social: 17, rue du bataillon de l'Armagnac - 32000  AUCH